Through The Dusk, groupe de melodic death metal
Bio

Historique

2013

Le groupe se forme par la rencontre de Bastien à la guitare et d’Alexis alors à la batterie. Le duo est rejoint par Alexandre à la deuxième guitare suivi par Benjamin Beudot à la basse. Ce dernier laisse rapidement sa place à Aurélien pour prendre la place de chanteur. La formation provisoire complète se baptise Through The Dusk et compose ses premiers titres.

2014

TTD sort sa première démo “Au confluent des ténèbres”. Faite maison, cette démo permet au groupe de définir son style death melodic et de proposer des premiers concerts au public.

2015

Alexis quitte provisoirement le groupe et le poste de batteur est repris par Raphaël. Le groupe part alors en tournée avec les canadiens de chez Warcall à travers la France, la Belgique et l’Allemagne.

2016

Le groupe entame l’écriture de son futur album “Sombre Odyssée” et définit son nouvel univers de piraterie.

2017

L’enregistrement de l'album commence.

2018

Benjamin décide d’arrêter l’aventure et est rapidement remplacé par Alexis qui revient au chant. L’enregistrement reprend avec la nouvelle formation. et la sorti de l’album est prévue pour le mois de septembre. TTD se prépare également à repartir en tournée, toujours en compagnie de Warcall, cette fois-ci au Canada.

Au confluent des ténèbres

Au confluent des ténèbres

L'Éveil

Intro

Naufrage

J'entre en un chantier atroce
Où les hommes creusent avec rage
Forant eux-mêmes une fosse
Emportés dans les larmes
Je résiste à un courant si fort
Où dérivent les rêves absurdes
Masquant le don voué à la mort
De la mère de tous les parjures


Je me noie dans les flots
Suppôt de tous les maux
D'illusion, en désolation
Compagnons, nous sombrons
Elle subsiste dans l'abysse
Nourrice du maléfice
Est-il temps, est-ce dément
Compagnons, nous sombrons

Je suis ouvrier du sombre labeur
Où s'enracine la destruction
Asséchant la source des pleurs
À la gloire de ma condamnation
Je voudrais remonter ce torrent
Où la machine irait aux quatre vents
Contemplant la beauté de l'instant
Si tout n'était pas si dément

Poing Serré

Tu veux oublier l'aurore
Même si demain est incertain
À jamais altéré
Les pétales tombent sans fin
Embourbé dans cette passivité
Déviant des rivages lointains
Le souffle glacial
Tait les rires cristallins

Tu refuses le sort
Mais lui tend les mains
Tu veux te relever
Mais chute au refrain
Tu as perdu toute combativité
Laissant filer chaque matin
Faiblit face au mal
Et desserre le poing

Que s'élève enfin la clameur
Et ton ardeur
Provoques ta gloire
Que se chante ton histoire

Ressers le poing
Que s'abatte la ruine
Et sors de l'abîme
Saisis la main
Qu'importe les mots
Qu'importe la faux et le bourreau
Car un temps au moins
Elle marcha près de toi

Même si tu perds à nouveau
Quand tu oublies ton chemin
Tu as cette flamme
Latente qui rebrûlera
Et dans la pâleur de l'automne
Sur un arbre desséché
Une feuille rouge feu
Refusera de tombée

Ready to Rumble

I rise after years of struggle and decay
Without authority, without guideline I despair
And I fall in the human question of ask why
I lose myself under a threatening sky

Scars are laws
In the evening I find a glow
I'll remain uprigh
And stay in the fight

Cursed in front of the wall
We're all ready, ready to Rumble
Weak, scared, fallen and blind
We're all ready, ready to Rumble

I will be true to myself
Enjoying days as they come
Who's going to judge me, fuck you and your leader
I will do that, it's my burden, it's my strength

Dévot

Les sermons du gourou
Nous bercent d'illusions
Le cri du corbeau
Colporte la tentation

Manipulation, destruction, affliction
Dissimuler une volonté de dominer

Les ravages du tyran
Nous mêlent à la confusion
L'écho de son chant
Engendre l'annihilation

Nous sommes les pions, les munitions
Les coupables de l'infection
Dernier croisement vers la rédemption
L'éveil avant la rébellion

L'arrogance du prince dévot
Nous mène à la désolation
Les cultes infernaux
Prononcent la damnation

La chute du dévot

Au Confluent des Ténèbres

Le tumulte intérieur
Échoue en silence de torpeur
Réminiscence des instants heureux
À travers un regard vitreux

Dans un dédale embrasé
Muré dans l'obscurité
J'arpente la demeure solitaire
Du réconfort imaginaire

Sous le passage occulte
L'écho des soupirs résonne
Ceux des fantômes, ceux des hommes

Aux heures les plus noires
Sous les volutes d'argent
Triomphe l'éveil du soir
L'aspiration à se sentir vivant

Oserais-je y croire
Au parfum de feu et d'encens
Qui embaume mon âme
L'accable mais en garde la flamme

La voie est fermée
Barrée par un troupeau enragé
Alors la route se dérobe
Celle des plaines d'émeraude

Leurs lueurs chimériques
Brillent dans la cité onirique
Franchissant la porte séculaire
Je marche dans ce sanctuaire

Face au Vent

Je me noie dans ce décor morose
Là où l'être est mort
Fatigué devant la banalité
Du paraître comme seule qualité

Un monstre aux yeux de ceux
Qui craignent la dissonance
Feignant la rage et le feu
J'assène l'indifférence

Je suis l'être perdu
Perdu dans ses rêves
Riant face au vent
Porteur de malheurs

Je souris à ma peine
Et la dérive me délivre
Je sombre dans les méandres
Et renais de mes cendres

Je suis l'être perdu
Perdu dans ses rêves
Riant face au vent
Porteur de malheurs
Ce serviteur profane
Anime et nourri
L'éclat de mes envies
Dans ce monde terni

Nothing But a Hero

I was a fool
By thirst for desire
I ruined everything
Abuse and deceive

I woke up ashamed
Dreadful betrayal
I realized my weakness
I will face

You are nothing but a
A Hero who inspires me
Lost in the easy path
You kicked me back on the right

You shone where I fall
The target of my sins
You silence the whispers
Rewarding your hangman

Freed from the shackles
I open the eyes
Forgetting the illusions
I'll find the key to reason

Déluge de Lames

Déluge de lames
Soulevant feu et flamme
Qui calcine les désirs
Des âmes sans avenir

Loin derrière tes rivages disparaissent
Tandis que l'horizon se voile
Pas de place pour le doute, ni pour la tristesse
Tu avances confiant, héros parmi les tiens

Déluge de lames
Soulevant feu et flamme
Qui calcine les désirs
Des âmes sans avenir
Engagées dans le combat fatal
Sacrifiées pour terrasser le mal

Folie meurtrière, les ennemis ne cessent de tomber
Massacre, tes coups transpercent tous les boucliers
Mais malgré la force, malgré le courage
Rien ne semble succéder à l'orage

Après une longue acharnée
Tes rêves de retour glorieux sont brisés
Tu peux encore décider d'abandonner
Ou de continuer vers une sombre destiné
Renonçant aux plus beaux chapitres de ton histoire
Tu offres une dernière étincelle d'espoir

Déluge de lames
Ont soulevé feu et flamme
Embrasant le foyer de l'espoir
Guidant ceux qui ont la chance de le voir
Toi qui reçois cet héritage
Qu'il t'inspire honneur et courage

Terre Cendrée

Le fils du désert parcourt les dunes
Et contemple les cieux si purs
Quand l'ombre occulte l'astre solaire
Et lui ouvre le chemin de l'enfer

Faisant de lui l'outil de la destruction
L'enfant emprisonné dans la perversion
Pourquoi l'étendue de sable infinie
Est emmurée par les conflits

Une mère des plus radieuses
Arbore un sourire contagieux
Un masque pour dissimuler
Le sort qui viendra la frapper

Elle voudrait tellement pleurer
Pour tous ceux qu'elle va laisser
Pourquoi une telle harmonie
Doit finir en tragédie

En quête d'une terre d'abondance
Où l'horizon serait immaculé
Où la beauté serait préservée
Où tout serait à créer

Échoué sur une terre désolante
Où la neige se fait cendre
Où le chemin est déjà tracé
Où les pantins sont enrôlés

Les spectateurs émerveillés
Par la scène qui est jouée
Rejoignent la troupe aveuglée
Mais n'ont plus rien à interpréter

Car au théâtre des marionnettes
Seul le manipulateur est maître
Pourquoi le jeu doit ainsi tourner
Les artistes finissant entravés

Sombre Odyssée

Sombre Odyssée

Présage

Instrumentale

Liberté Chimérique

J'erre, dans mon existence je me perds
Fuyant ce goût amer
Égaré loin des sentiers
Je ne peux plus avancer

Je me sens prisonnier dans cette vie, si pervertie
Je suis à la recherche de ma liberté
Je ne veux plus de ces terres primaires, je rêve
D'un monde où je pourrais m'évader

Je ne veux plus être dans cet univers
Je le quitterai sans aucun regret

Ces plaines où s'amenuisent toutes mes peines
Où la paix est à son règne
Sous un ciel brillant de mille feux
Un monde si merveilleux

Se propage en moi un sentiment envahissant
Me liant à cet univers étrange
Je me sens en ces lieux à ma place, la glace
De mon coeur fond pour clamer la liberté

Je veux rester dans cet univers
J'y vivrai sans aucun regret

Je suis perdu entre rêve et réalité
Je ne sais plus vraiment où je suis
Je ne veux plus me sentir tourmenté
Vivre en paix dans mon monde mirifique

Je vivrai dans cet univers

Sinistres Pensées

Premiers instants en ce monde étrange
Libre de l'emprise de la perversion
Naissance d'un nouvel espoir de jouissance
Le goût de la vie reprend vivement son ascension
Brutale explosion, débordante d'émotion, intense exaltation

Déambuler dans un monde libertin
Laisser libre l'esprit s'extérioriser
Ressasser des idées intériorisées
Engendrer et orchestrer son propre déclin

Empli d'une pensée d'un esprit vengeur
Engrainé et cultivé des âmes torturées
Déterminées et entraînées sans nulle pitié
Déclencher et intensifier une vague de peur
Et semer la terreur, germe de l'horreur, effet destructeur

Un univers innocent avec un esprit perverti
Se révèle dévastateur et ruine toute une harmonie
Le vice ne vient pas seulement de ce qui paraît anormal
Il peut être enfoui au plus profond d'une âme en mal

Sang Pour Sang

La formation des guerriers est achevée
Nous partons à l’aventure déterminés
A bord de notre vaisseau sanglant
Qui va arracher la vie d’innocents

Le sang va couler, soyez sans pitié
Vous devez laisser la rage vous pénétrer
Devenir des bêtes de guerre et remuer ciel et terre
Que tout le monde nous craigne, établir notre règne

Les représailles ont commencé
Pillage et braquage de fortunés
Nous laisserons un sillon létal
Parsemé de pratiques immorales

Comment j’en suis arrivé là
Cela ne me ressemble pas
Mais la tentation est si grande
Cette force me dévore et me hante
Je lutte mais c’est plus fort que moi
Je dois le faire au moins cette fois

Frénésie

À l'horizon s'annonce une tempête
L'équipage accompli ses corvées
Soudainement le crieur révèle
Le prochain navire sabordé

Préparez
Chargez
Armez
Canonniers
Dégainez
Bandez
Visez
Prêt à tirer

Les archers tirent des flèches enflammées
Les premières victimes sont tombées
Le navire entame sa percée
La proie va se faire aborder

Attaquez
Étripez
Tuez
Sans pitié
Pillez
Achevez
Brûlez
Pas de prisonniers

Levez-vous et hissez oh
Soyez dignes de notre drapeau
Branle-bas de combat camarades
Combattez avec le coeur d'un Pirate

La tempête à son paroxysme
L'océan est un champ de bataille
Les derniers espoirs s'amenuisent
L'ennemi n'était pas de taille

Ravagez
Écrasez
Détruisez
Jusqu'à le couler
Dégarpissez
Contemplez
Comptez
La fortune dérobée

Échoué

Instrumentale

Traversée du Néant

Je n'entends plus le silence
Ni noir, ni blanc, sans nuances
Je n'ai plus de saveur, ni la moindre fragrance
Aucune prise pour lutter contre cette absence

Je voyais la décadence
Du monde plongé dans l'insouciance
Mais pas de ressemblance
À cette inexistence

Je paye pour mes erreurs
J'ai semé la terreur
Je suis devenu le dictateur
J'ai réalisé mes peurs

Ce manque de vie, surpasse le désespoir
Sombrer dans l'oubli, aucune lueur d'espoir
Tous mes états d’âmes, dérisoires
Je veux m'échapper de ce trou noir

Rédemption

Je me suis délivré de cette lutte acharnée
Je l’ai mérité mais je ne peux rien regretter
J’en sors grandi, même presque ressuscité
Je dois continuer dans cette lancée

Le monde n’est pas si maussade
Il faut arriver à faire l’impasse
Sur toutes ces choses qui me dépassent

Oublier le passé pour avancer
Tout quitter pour reconstruire ailleurs
Un lieu où le monde paraîtra meilleur
Là où mon esprit pourra divaguer
En gardant un pied dans la réalité
Et pouvoir passer les épreuves
Qu’impose la vie et son labeur
Sans prendre un chemin dérivé

Je suis prêt à attaquer, étant bien armé
Plein de bonne volonté pour entamer ma percée
À bord d’un navire sans destination précise
Guider par le vent qui m’aide à aller de l’avant

Le premier lieu était paisible
Le second moins prévisible
Mais nul auquel je ne sois sensible
L’impression de ne pas avoir mon idéal
Dans ce monde malgré mon désir ardent
De m’établir et me sentir enfin spécial
Je cherche encore un endroit satisfaisant

Tout quitter pour reconstruire ailleurs
Un lieu où le monde paraîtra meilleur
Là où mon esprit pourra divaguer
En gardant un pied dans la réalité

Au large

Instrumentale

À la force du vent

J’ai écumé des ports aux bordels miteux
Dilapidé mon or dans des plaisirs douteux
Ohé ! Levons l’ancre mathurins
La crasse est mieux dans ma cale que sur ces putains

C’est la stabilité de ces bordées à terre qui me fait dégobiller
Je veux sentir le pont embarder sous mes pieds
Voir la mâture se mettre à tanguer
Entendre la tempête se lever
Ohé ! Mettons à la voile matelots
Que l’étrave fende les flots

Penché sur le beaupré
Je perçois un murmure
De la figure de proue
L’océan nous attend

Je connais ces eaux
J’y ai navigué si souvent
Fixant l’horizon oscillant
Sur la houle
Depuis le gaillard d’avant

Un spectacle infini s’étend
Du plus haut du gréement
Et soumis à la seule force du vent
Dans les vagues
Je suis dans mon élément

Il y a tout à découvrir
Et mille et une mers
Quelle sottise de s’asservir
Entre quatre barrières
Quel couard s’effraie
De cet abîme azuré
Où le pirate voit une immensité
Le départ de son odyssée

L’esquisse des épars se dessine
Le ciel et le large se combinent
Ohé ! Prends ton quart marin
Et une bouteille de rhum au petit matin

Accoudé au bastingage je regarde l’équipage s’activer
Je veux sentir le pont embarder sous mes pieds
Voir la mâture se mettre à tanguer
Entendre la tempête se lever
Ohé ! Mettons à la voile matelots
Que l’étrave fende les flots

Je connais ces eaux
J’y ai navigué si souvent
Fixant l’horizon oscillant
Sur la houle
Depuis le gaillard d’avant

Un spectacle infini s’étend
Du plus haut du gréement
Et soumis à la seule force du vent
Dans les vagues
Je suis dans mon élément

Déluge de Lames

Déluge de lames
Soulevant feu et flamme
Qui calcine les désirs
Des âmes sans avenir

Loin derrière tes rivages disparaissent
Tandis que l'horizon se voile
Pas de place pour le doute, ni pour la tristesse
Tu avances confiant, héros parmi les tiens

Déluge de lames
Soulevant feu et flamme
Qui calcine les désirs
Des âmes sans avenir
Engagées dans le combat fatal
Sacrifiées pour terrasser le mal

Folie meurtrière, les ennemis ne cessent de tomber
Massacre, tes coups transpercent tous les boucliers
Mais malgré la force, malgré le courage
Rien ne semble succéder à l'orage

Après une longue acharnée
Tes rêves de retour glorieux sont brisés
Tu peux encore décider d'abandonner
Ou de continuer vers une sombre destiné
Renonçant aux plus beaux chapitres de ton histoire
Tu offres une dernière étincelle d'espoir

Déluge de lames
Ont soulevé feu et flamme
Embrasant le foyer de l'espoir
Guidant ceux qui ont la chance de le voir
Toi qui reçois cet héritage
Qu'il t'inspire honneur et courage

Menu